Son troisième album « We Rise » a confirmé un fait indéniable, James Vincent McMorrow est un artiste de talent avec une ligne directive claire sur la musique qu’il veut produire. Folk épuré sur « Early in the Morning » (2011), tonalités plus minimalistes sur « Post Tropical » (2014) et r’n’b délicat sur son dernier opus paru début septembre, la trajectoire de l’islandais se rapproche de celle d’un autre prodige Bon Iver, américain lui. Même goût pour les raffinées et les compositions soignées. La ressemblance va encore plus loin. Les deux artistes se sont tout deux isolés pendant plusieurs mois pour sortir leur premier album, qu’ils ont tout deux entièrement produit et qui ont finalement connus un immense succès.

Au cours de sa tournée européenne, l’irlandais fera un arrêt à l’Élysée Montmartre le mardi 18 octobre pour un concert qui s’annonce très éclectique.

Influencé par Dylan, Neil Young ou encore Sufjan Stevens, James a pour lui une voix évolutive, totalement modulable et qui peut se couler avec une facilité déconcertante dans un morceau r’n’b, folk voir punk. Son troisième album « We Move » beaucoup plus expérimentale confirme son évolution musical et son appétit insatiable pour découvrir de nouveaux horizons musicaux.

Music Sounds Better Live
Le média référence de la musique Live. Reviews, prescriptions, agenda, concours et actualités.

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=SHStbSlW87E?showinfo=0]

Review - Dernier article