En 2016, le Sziget Festival a frappé fort. Une fois de plus, le plus grand festival d’Europe a battu tous les records en approchant le demi-million de festivaliers (496 000 pour être précis), représentant plus de 100 nationalités différentes. Cette édition 2016 a été à la hauteur de la réputation du festival.

Une semaine par an, l’île d’Óbuda à Budapest se transforme en île de la liberté pour accueillir près d’un demi-million de festivaliers à l’occasion du Sziget Festival. Pendant 7 jours, l’île prend des allures de ville utopique.

À la différence de nombreux festival, les infrastructures de l’île permettent un confort indiscutable, celui de circuler librement sur des routes et chemins sans un centimètre de boue.

Contrairement à de nombreux festival, au Sziget, il est possible de camper partout sur le site. De nombreux endroits de l’île sont ombragés par les arbres, épargnant ainsi aux festivaliers de se réveiller dans une mare de leur propre sueur. Cette liberté donnée aux campeurs nous permet parfois d’assister à des scènes surréalistes, comme une tente plantée en plein milieu de la Main Stage !

L’implantation du festival au cœur de la ville de Budapest confère au festival des avantages non négligeables, comme la possibilité de délaisser le camping sur l’île pour des nuits plus reposantes ailleurs en ville, la possibilité d’aller se ressourcer aux thermes après quelques jours de festivité.

Diversité et éclectisme au-delà des têtes d’affiches

La programmation du Sziget ne se résume pas à quelques grands noms racoleurs. Ce qui fait la force du Sziget, c’est sa capacité à rassembler au même endroit des artistes et festivaliers de styles radicalement différents. À travers l’île sont disséminées des dizaines de scènes, sur lesquelles on peut voir jouer des artistes piochant dans tous les registres : percussionnistes, du reggae turque ou slovaque, du jazz-hip-hop français, dreampop néerlandaise, du garage italien; du Java-Chanson-Punk-Caravaning…

Le Sziget Festival, un club de vacances géant, la musique en plus

Avec les quelque 1000 performances et animations qui ont eu lieu durant sept jours, le Sziget est bien plus qu’un simple événement musical. Aux nombreux concerts s’ajoutent les troupes de cirques, le saut à l’élastique, les parties d’échecs, le beach-volley, les massages Thai… faisant ainsi du Sziget un véritable club de vacances.

Les Français de Transe Express ont emmené les festivaliers dans leur monde imaginaire, tandis que d’autres compagnies de théâtre déambulaient durant la journée dans les allées du festival.

Une Art Zone accueillait les festivaliers pour leur permettre d’exprimer leur créativité, grâce à l’aide d’animateurs issus d’écoles d’art.

Le Luminarium, un labyrinthe psychédélique de 800 m2, est un lieu incontournable pour vivre une expérience inédite !

Au Sziget, il est aussi possible de faire du sport pour soigner son hygiène de vie. Un village sportif permettait de pratiquer des sports de raquette, du football, du beach-volley, de l’escalade…

Beer-pong, pastèque et palinka à l’Apéro Camping

Pour les Szigotos qui auraient le mal du pays, l’Apéro Camping est le lieu idéal pour installer sa tente ! Ce camping est le point de rencontre privilégié pour les festivaliers francophones, garantissant un confort de campement que l’on ne retrouve nulle part ailleurs sur l’île : WiFi, prises électriques, douches et WC propres, petit-déjeuner (avec croissants !) et spécialités françaises…

En savoir plus sur l’Apéro Camping

Des Lives remarquables

Durant cette édition 2016 du Sziget Festival, de nombreux artistes se sont démarqués par leurs charisme ou leur talent. En voici une sélection dont les prestations sont à noter !

Die Antwoord

il est de ces artistes qu’il vaut mieux parfois ne pas essayer de comprendre.
Qu’on les aime ou non, il faut reconnaître à Ninja et Yo-Landi Vi$$er un certain talent pour captiver les foules et occuper leur scène, offrant ainsi à la main stage ses premiers slams et premiers pogos. Les deux membres de Die Antwoord s’habillent et se déshabillent au fil de leurs morceaux.

“Yo-landi Vi$$er et Ninja possèdent le charme intergalactique de deux OVNI qui ne font ni dans la discrétion, ni dans la politesse. Très loin d’eux l’idée de s’excuser de mélanger rap et électro en s’inspirant de leurs meilleures rave parties…”

Re(découvrez) notre Review d’un Live de Die Antwoord qui nous avait marqués en 2015

Die Antwoord Sziget Festival 2016

© Rockstar Photographers / Sziget Festival

M83

Les Français de M83 ont ce talent de transporter quiconque assiste à l’une de leurs prestations. L’atmosphère cinématique de leurs morceaux invite aux voyages. La musique de M83 émeut et séduit, grâce à une finesse et une précision remarquable.

Manu Chao

Manu Chao et ses acolytes de Radio Bemba ont de l’expérience, et ça se voit. Sur scène, la machine est rodée et bien calée.

Manu Chao nous offre un spectacle endiablé d’une heure et demi, sans nous laisser le temps de nous reposer. Sur scène, la musique de Manu Chao est en rupture avec ses albums studio. La plupart des classiques du chanteur se voient adaptés et arrangés dans des rythmes plus ska et punk, ce qui transmet au mieux l’énergie dégagée par chaque morceau.

Deluxe

L’énergie débordante des Français de Deluxe est communicante et communiquée : le groupe connaît son public et s’adresse à ce dernier en français. Le spectacle est travaillé, la musique est funky et groovy, le tout accompagné par des costumes atypiques et une communion avec le public sans ratés.

Noisia

Les Néerlandais de Noisia étaient venus présenter leur dernier show, intitulé Outer Edges. Ce nouveau show, présentant leur LP éponyme, se démarque des habitudes du groupe. Les sonorités sont tout aussi expérimentales qu’à l’accoutumé, mais leur Live est plus doux et plus abordable pour un public non initié. Même après 15 ans d’activité, le trio est encore capable d’innover.

Sia

La prestation de Sia et des ses troupes a été l’une des plus marquantes du festival. La chanteuse reste fidèle à sa manière de se produire sur scène : elle reste en retrait, le visage masqué, et n’interagit que très peu avec le public. Cette mise à l’écart permet de faire briller les danseurs qui imagent ses morceaux sans faux pas. L’Australienne offre ainsi un spectacle à la précision chirurgicale.

Muse

La venue de Muse était l’une des plus attendues de cette édition 2016. Les Britanniques nous offrent une prestation sans déception et sans surprise. Leur Live est précis et parfaitement rodé. Les classiques joués par le groupe ravissent le public. La technique de Matthew Bellamy est irréprochable, et son bonne interaction avec le public contribue grandement à la réussite de ce spectacle.

 

 

 

 

 

© Rockstar Photographers / Sziget Festival

Kodaline

Les Irlandais délivrent un show appelant au voyage à travers les émotions. Leurs mélodies simples mais entêtantes font leur effet, accompagnées par des choeurs maîtrisés et une interaction avec le public minimaliste. Les tubes s’enchaînent avec volupté et harmonie, faisant de la prestation de Kodaline une réussite.

On vous laisse découvrir ci-dessous l’aftermovie officiel de cette édition 2016

Retrouve le Sziget Festival sur Facebook

Retrouve le Sziget Festival sur Twitter

Achète tes billets pour le Sziget Festival 2017

En 2015, MusicSBL était déjà au Sziget Festival, et on en avait profité pour réaliser un aftermovie !