Dans une salle comble et chauffée à blanc, les 4 musiciens font leur entrée autour de 21 heures menés par leur leader Ruban Nielson. Flottant dans son maillot de hockey rouge, jaune et noir trop grand pour lui, il évoque plus un jeune adolescent au lendemain d’une soirée trop arrosée que le chanteur de 35 ans d’un groupe mondialement connu.

Le groupe démarre tambour battant avec « Ffunny Ffrends » extrait de leur tout premier album. Le son sature rapidement la Gaité Lyrique et fait vibrer, au propre comme au figuré, les murs de la salle et la foule de spectateur présente qui ne s’attendait pas forcément à un tel déchaînement musical.

Après une entame fulgurante, le groupe nous jouent des morceaux plus relax qui donnent l’occasion de mieux se familiariser avec la voix de Ruban Nielson, très différente en live par rapport à sa sonorité en studio.

Quelques couacs acoustiques se font entendre de par et d’autres mais rien qui n’arrête l’ouragan Nielson, qui après s’être offert un bain de foule, grimpe sur le balcon plusieurs fois. Se nourrissant de l’énergie de la foule, le guitariste s’offre plusieurs solos éblouissants et éclipse presque la qualité du groupe qui l’accompagne.

Sur « American guilt », le groupe fait admiré sa technique et son côte rock, presque grunge, qui fait honneur aux riffs de Jimi Hendrix. Malgré certains morceaux particulièrement réussis comme « Multi love », le groupe alterne temps faible et temps fort sans parvenir à garder leur effort constant.

Grâce à une intense débauche d’énergie, Unknown  Mortal orchestra a livré une performance d’une puissance impressionnante, auquelle ses fans ont répondu avec enthousiasme pour notre pus grand bonheur.