Ce 9 mars 2018, le Tradendo faisait de la place pour le concert tant attendu de Vance Joy, jeune artiste australien qui avait cartonné en 2013 avec son titre « Riptide ». En attendant son entrée sur scène, c’est la sulfureuse chanteuse britannique Lily Moore qui a su profiter de ses 30 minutes pour se faire connaître des spectateurs. Son dernier morceau sorti en début de 2018 s’appelle ‘Not that special’ et évoque la voix soul d’Adèle, en plus explosive.

L’ambiance du Trabendo est très conviviale. Il est 21 heures lorsque le très attendu Vance Joy débarque sur scène, accompagné de ses musiciens. Dès son apparition, l’australien aux cheveux bouclés avec son style de surfeur a déjà conquis le cœur de toutes les demoiselles présentes.

L’artiste prend également le temps de discuter avec le public et d’expliquer le parcours et la création de ses chansons, tantôt le fruit d’une réflexion de longue durée, parfois le fruit d’une étonnante rencontre

Il enchaîne les titres les uns après les autres, commençant par le folky ‘Next to you’ en passant par ‘From afar’, ‘Call if you need me’ , ‘Wasted time’ et ‘I’m with you’. La salle est remplie comme un œuf mais ça n’empêche pas les retardataires d’y prendre place et de se joindre à la fête de ce vendredi soir. Au bout d’une heure environ, il sort son ukulélé, et la salle se prépare à entrer en transe, car ça y est, le tant attendu ‘Riptide’ va finalement se faire entendre. Pour faire monter l’attente et l’ambiance, il nous interprète ‘Playing with fire’, un très beau morceau repris en chœur par le public.

Les morceaux défilent les uns après les autres avec ‘Going home’ et ‘Losing my mind’ notamment. Il nous régale ensuite avec une reprise qu’il nous a concocté en mélangeant ‘Sorry’ de Justin Bieber et ‘All night long’ de Lionel Richie.

Il faut finalement attendre encore un peu, après le ‘encore’ traditionnel du public français, pour que Vance Joy reprenne son ukulélé et nous interpréte le fameux ‘Riptide’. Le public connaît les paroles par cœur et chante en chœur avec lui. Une fin en apothéose pour un concert très emballant.

Yuvnish Narrain